Système aquifère

Localisation

Chaudière


Aquifères granulaires
Les aquifères granulaires sont composés de sédiments fluviaux grossiers désignant des dépôts alluviaux ou fluvioglaciaires. Ils se retrouvent principalement dans les plaines alluviales actuelles. La granulométrie des dépôts alluviaux est sableuse, sablo-graveleuse ou silteuse. Ces dépôts recouvrent l'unité aquitard formée par les sédiments de la mer de Champlain. Les sédiments fluvioglaciaires, déposés en milieu sous-glaciaire ou au contact de la glace, sont surtout constitués de sables et graviers stratifiés et déformés. Tandis que ceux déposés en milieu proglaciaire subaquatique à subaérien sont souvent constitués de gravier, de sable et/ou de silt et un peu de till ou de diamicton. Les sédiments fluvioglaciaires couvrent le socle rocheux. Ce dernier a une géologie relativement complexe et comprend des roches sédimentaires, intrusives et volcaniques. L'épaisseur de l'unité hydrogéologique varie entre 0 et 51 m. Les aquifères granulaires sont libres et présentent donc une vulnérabilité modérée - élevée. Lorsqu'ils sont localisés le long des rivières, ils montrent les taux de recharge simulés les plus importants. Les eaux s'infiltrent facilement dans les sédiments et circulent rapidement jusqu'à la masse d'eau de surface la plus proche. Ces sédiments forment d'excellents aquifères, toutefois leur étendue limitée les rendent rarement exploitable à des fins municipales. La qualité de l'eau souterraine est bonne. Les dépassements les plus fréquents concernent les normes des coliformes totaux, pH, E-coli, dureté et manganèse.
Système aquifère régional de Chaudière
Le système aquifère régional comprend deux types d'aquifères : aquifère rocheux fracturé et aquifère granulaire. Le socle rocheux de la région de Chaudière a une géologique relativement complexe, incluant des roches sédimentaires, intrusives et volcaniques. Les aquifères granulaires sont trouvés dans les dépôts alluviaux et fluvioglaciaires. Ces dépôts sont composés de sable, gravier, silt et till/diamicton. La perméabilité du substratum rocheux est principalement contrôlée par la porosité secondaire définie par la densité, l'ouverture et le degré de fractures interconnectées. La faible conductivité hydraulique conserve l'écoulement des eaux souterraines sur le dessus de la roche fracturée. Les eaux infiltrées peuvent parfois s'accumuler juste au-dessus des couches du substratum où elles peuvent former une nappe d'eau perchée. Ces eaux sont ensuite acheminées latéralement dans la direction du gradient hydraulique ou migrent progressivement vers le bas. Une unité omniprésente de till recouvre l'aquifère rocheux. Lorsque son épaisseur est supérieure ou égale à 5 m, la compaction et les grains fins entravent la connexion hydraulique verticale entre les aquifères granulaires (si présent) et l'aquifère rocheux. L'unité de till remanié permet l'écoulement latéral. Lorsque les unités fluvioglaciaires, alluviales ou de till sont sus-jacentes au socle rocheux, elles peuvent alors être considérées comme une unité interface de l'aquifère. Aux basses altitudes, les sédiments marins, argiles lacustres et silts recouvrent les dépôts glaciaires. Ces sédiments fins représentent un aquitard qui limite les interactions significatives entre les eaux de surface et les eaux souterraines. La topographie et le réseau des eaux de surface limitent l'écoulement des eaux souterraines des hautes terres appalachiennes à des systèmes locaux, passant de la zone de recharge à la masse d'eau de surface la plus proche. Les aquifères des hautes terres sont donc dominés par des eaux souterraines récentes. Les écoulements régionaux d'eau souterraine se retrouvent dans le piémont appalachien. Cependant, les écoulements régionaux sont lents, dû aux conductivités et gradients hydrauliques faibles. Cela se reflète dans un temps de résidence et un contact avec l'aquifère plus important, causant une augmentation de la concentration de constituants chimiques dans les eaux souterraines. Dans les hautes terres appalachiennes, le principal type d'eau est Ca-HCO3. L'effet de la topographie sur l'écoulement des eaux souterraines se traduit par un écoulement relativement rapide et une faible minéralisation des eaux. Sur le piémont appalachien, l'eau souterraine est généralement plus minéralisée et les principaux types d'eau sont Ca-HCO3 to Na-HCO3.
Aquifère rocheux
L'aquifère rocheux de Chaudière possède une géologie relativement complexe qui a été simplifiée en cinq grandes unités. Du nord au sud, il y a la zone de Humber externe - Nord qui se compose de schiste ou d'ardoise, grès et quelques conglomérats et calcaires. La zone de Humber interne est composé de schistes pélitiques ou mafiques et de quartzites. La zone de Humber externe - Sud est constituée de grès et d'ardoise. La zone Dunnage est formée de roches ophiolitiques de couverture intrusives, volcaniques et sédimentaires. La ceinture de Gaspé est constituée de grès, siltite, schiste et de quelques lits de conglomérats. Enfin, les roches intrusives sont constituées de formations massives de migmatites et amphibolites. Les formations rocheuses sont recouvertes par des sédiments, principalement de till et de dépôts glacio-marins. Ces derniers ne se trouvent que dans la partie inférieure de la région. D'étendue moindre, il y a aussi des dépôts alluviaux, glacio-lacustres et fluvio-glaciaires. L'aquifère rocheux est généralement confiné à semi-confiné dans les Hautes terres des Appalaches et semi- confiné à confinée dans le Piémont appalachien. Ces conditions sont fonction de l'épaisseur des sédiments superficiels. La vulnérabilité de l'aquifère varie selon les conditions de la nappe phréatique (libre, confinée, semi-confinée). L'aquifère est plus vulnérable dans la partie sud. Au nord, les sédiments marins offrent une protection contre les contaminations de surface. Les taux de recharge y sont inférieurs à ceux observés dans la partie sud. Cette dernière est caractérisée par des affleurements rocheux. Les formations sédimentaires et volcaniques rocheuses offrent une porosité primaire très faible. La perméabilité du substratum rocheux est principalement contrôlée par la porosité secondaire définie par la densité, l'ouverture et le degré de fractures interconnectées. La faible conductivité hydraulique conserve l'écoulement des eaux souterraines sur le dessus de la roche fracturée. Les eaux infiltrées peuvent parfois s'accumuler juste au-dessus des couches du substratum où elles peuvent former une nappe d'eau perchée. Ces eaux sont ensuite acheminées latéralement dans la direction du gradient hydraulique ou migrent progressivement vers le bas. À certains endroits, des conductivités hydrauliques plus élevées se retrouvent dans la partie supérieure de l'aquifère rocheux. Elles sont généralement le résultat des processus d'altération, augmentant localement la circulation des eaux souterraines à l'interface du socle rocheux et des dépôts meubles. La qualité des eaux souterraines est bonne, mais il y a quelques dépassements de manganèse, coliformes totaux, dureté, pH, fer et solides dissous totaux. Les eaux dures semblent être un problème omniprésent dans la région.
Projet Source Jeux de données Plus d'info
ChaudièreChaudière utilisation de l'eauVector Dataset
ChaudièrePropriétés hydrauliques ChaudièreVector Dataset
Chaudièrevulnerabilité ChaudièreRaster Dataset
Chaudièrerecharge ChaudièreRaster Dataset
Chaudièrepiézometrie ChaudièreRaster Dataset
Chaudièreconfinement ChaudièreRaster Dataset
ChaudièreComposition eau souterraine ChaudièreVector Dataset
ChaudièreÉchantillons eau souterraine ChaudièreVector Dataset
ChaudièreNiveau eau souterraine ChaudièreVector Dataset
ChaudièreUnités hydrogéologiques ChaudièreVector Dataset
ChaudièreGéologie des formations superficielles ChaudièreVector Dataset
ChaudièreGéologie de la roche en place ChaudièreVector Dataset